Au Café du Commerce

Vendredi 8 h

Raymond replie le journal et lance à la cantonade:

  –Encore le mariage pour tous à la « une  » de tous les quotidiens, ils nous saoulent avec ça.    

Son plus proche voisin lui répond:

  –Mariage pour tous, en tous cas pas pour moi. Je suis célibataire et j’entends bien le rester.

    – Tu es un homme sage, Bernard. Moi mon divorce m’a couté un bras et mon ex en veut toujours plus pour élever les filles, alors que je la soupçonne d’être avec quelqu’un et de continuer à percevoir l’allocation de parent isolé, elle me prend pour Crésus.

La petite serveuse qui a suivi la conversation tout en rinçant les verres intervient:

  -Moi, il y a déjà quatre ans qu’on est ensemble avec mon copain, mais quand on a voulu faire construire on s’est « pacsés », c’était plus intéressant, rapport aux banques.

Un autre client à qui on demande son avis le donne:

– Pour moi, ni mariage, ni pacs, j’ai dit à Julie, faisons comme l’ami Georges, ne gravons pas nos noms au bas d’un parchemin. Vous connaissez la chanson… et on s’en porte très bien.

Le patron qui n’a encore rien dit, quitte un instant son percolateur pour constater:

Eh bien mes amis, votre mariage pour tous, c’est plutôt le mariage pour personne. La solution serait peut-être de supprimer purement et simplement cette vieille institution pour mettre en place des CDD de l’amour.

Je compose, je décompose, je recompose et « Vive l’amour libre » comme disaient déjà les slogans en mai 68.

Quant à ceux qui pensent que le mariage est une union sacrée inaliénable, ce qui compte c’est le sacrement, le reste on s’en fout, pas vrai Bibiche

Et Madame, à la caisse, tout en rendant la monnaie, lui répond de son plus beau sourire.

La journée a bien commencé au Café du Commerce

Publicités
Cet article a été publié dans L’humeur d’Haddocka. Ajoutez ce permalien à vos favoris.