Wadjda

On ne va pas vous raconter ce film, d’autres l’ont fait avant nous et bien mieux que nous ne saurions le faire.

Il faut le voir absolument, c’est une vraie réussite, un grand moment de cinéma compte tenu des faibles moyens, une jeune actrice (Waad Mohammed) formidable de naturel et l’histoire, toute simple est infiniment touchante.

Parlons plutôt de sa réalisatrice qui, à travers cette œuvre nous dit beaucoup de choses.

haifaa-al-mansour

Haïfa Al Mansour signe ici le premier film entièrement tourné en Arabie Saoudite, pays dépourvu de salles de cinéma. C’est le film d’une femme sur les femmes et j’ajouterai, pour les femmes.

Elle ne nous dit pas : « Regardez comme nous sommes malheureuses, au secours ! », elle fait beaucoup mieux ; elle nous montre avec justesse et finesse que sous la chape de plomb du régime walhabite et de l’Islam réunis qui ont mis les femmes au pas, il y a tout le frémissement de la nature humaine et sous la surface bien lisse des obligations, les préoccupations universelles des adolescentes.

Et ce film nous dit, femmes, ne comptez pas sur les autres, mais si vous voulez avec force aller au bout de vos rêves, vous gagnerez.

La bicyclette que Wadjda désire si fort est tout un symbole. Wadjda ne veut ni des stabilisateurs que lui propose son ami Abdallah, ni de son vélo qu’il est prêt à lui offrir. Elle veut « son » vélo pour se mesurer à lui.

Pour une femme occidentale, la condition des femmes de Ryad fait frémir mais la pudeur des femmes, leur dignité dans le malheur (la répudiation de la mère), la tenue de l’école que fréquente Wadjda peuvent nous faire réfléchir, nous qui avons tout balancé par-dessus bord et ce n’est pas difficile de préférer le cinéma de Madame Haïfa Al Mansour à celui de Abdellatif Kechiche qui vient d’être primé à Cannes.

Alors Bravo Madame Al Mansour et merci.

Visionner la bande annonce :

Dans le quotidien gratuit  « Metro » du 27 mai on pouvait lire qu’une jeune alpiniste saoudienne avait vaincu l’Everest. Encore une qui est allée au bout de ses rêves.

Mille sabords et Haddocka

Publicités
Cet article a été publié dans A voir. Ajoutez ce permalien à vos favoris.