J’ai lu le rapport Teychenné

Je l’ai lu en entier (80 pages quand même!)

demandé par le ministre Vincent Peillon (Education nationale) en juin 2013 à Monsieur Michel Teychenné, ancien député européen, membre du Parti socialiste.

Je vous en donne l’intitulé exact:

Discriminations LGBT-Phobes à l’école
Etat des lieux et recommandations.

LGBT-Phobes, késako?

Un drôle de nom inconnu des dictionnaires:

LGBT n’existe pas, phobe non plus et les deux ensemble, pas davantage.

ça commence bien pour un rapport à Monsieur le Ministre de l’ Education nationale.

Si après un gros effort de décryptage, vous comprenez qu’il s’agit de la phobie envers les lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels, vous avez fait le gros du travail.

Car ce rapport est fait exclusivement par des homosexuels pour  promouvoir l’homosexualité comme une pratique courante, mais ce n’est pas assez, comme une pratique à encourager par tous les moyens.

Car enfin quel est le problème: Des statistiques montrent que les jeunes homosexuels vivent mal la découverte de leur différence et se suicident plus que les autres.

Triste constatation en effet. Et si les roux se suicidaient plus que les autres, faudrait-il teindre l’ensemble de la population et les bègues, les binoclards, les boiteux, les noirs, les jaunes et que dire des bons élèves traités de fayots, faudrait-il mettre 20 sur 20 à toute la classe?

Et si le problème résidait autre part, ce dont le rapport ne dit mot, si ce n’était pas le regard des autres qui désespérait ces jeunes mais leur propre regard sur leur propre vie? Est-ce si simple de se découvrir une attirance pour son propre sexe en pleine adolescence?

Voilà qu’il eut été intéressant d’analyser et de présenter au ministre. Les réseaux Azur qui reçoivent tant de confidences doivent bien avoir une petite idée?

Non, d’après Monsieur Teychenné, le seul problème est de ne pas considérer l’homosexualité comme normale.

Les résultats de l’enquête à partir de la page 49 sont troublants:

Question: Les actes homophobes qui vous ont le plus marqué était (sic dans le texte):

uniques, renouvelés, permanents, sans réponse: 39%

Peut-on m’expliquer ce que sont ces actes qui ne sont ni uniques, ni renouvelés, ni permanents mais qui existent quand même pour 39% des jeunes interrogés?

Poursuivons:

Question: Quand j’ai été témoin ou victime, l’homophobie prenait la forme de:

discriminations(8%), propos homophobes(15%), absence de réaction face aux actes homophobes(12%),  autres(3%),  sans réponse: 77%

L’énorme majorité ne sait pas définir la forme de ces agressions, on croit rêver.

Vous irez voir vous- même (rapport disponible sur Internet) mais il semble bien que ce rapport ne dise que ce que le Ministère de l’éducation nationale voulait entendre, la France est toute entière homophobe, il est urgent de lutter contre l’homophobie et enfin, nous vivrons bien tous ensemble!!!  CQFD

Haddocka

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.