Ida

Un film de Pawel PAWIKOWSKI

Le noir et blanc, le ton épuré, la retenue et l’austérité  de ce film nous rappellent un peu le style d’un Bresson.

459766Les protagonistes sont deux femmes: Ida la « nonne » et Wanda, sa tante qui n’avait pas voulu la recueillir à la mort de ses parents, Wanda, Procureur de l’Etat totalitaire communiste, surnommée « Wanda la rouge » dont Ida fait enfin la connaissance, sur ordre de la Mère Supérieure de son couvent qui exige qu’elle découvre sa famille avant de prononcer ses voeux. C’est ainsi qu’ Ida apprend qu’elle est juive .

S’ensuit une longue quête pour Ida qui veut retrouver le lieu où ont été enterrés ses parents.
Nous voyons donc le voyage de ces deux femmes que tout sépare (sauf le lien du sang) dans une campagne grise, froide, sombre et parallèlement leur voyage intérieur au contact l’une de l’autre et des rencontres qu’elles feront.

Wanda  se veut  sans pitié, après ce qu’elle a vécu. Mais Ida, qui sans le savoir a été en quelque sorte préservée en étant élevée à l’orphelinat,   semble plus forte que sa tante.

Pawel Pawlikowski a signé là une oeuvre profonde, lente, qui s’arrête sur des images fixes ou fragmentées chargées de sens.
Pour exemple, la séquence où l’on voit en contre jour, à droite un peu en retrait, Ida debout, en ombre chinoise, noire, où brille comme un repère, comme la seule lumière possible ou le signe de la vie intérieure, la médaille miraculeuse qu’elle porte autour du cou et à gauche,  le visage de Wanda couchée, blème et à son oreille, une boucle d’oreille qui brille elle aussi, comme un contrepoint à la médaille, et serait comme le symbole du monde que Wanda veut faire découvrir à la novice.
Il y a plusieurs combats , beaucoup d’interrogations silencieuses devant le mystère du Mal ou face à la vie tout simplement, des réponses différentes aussi de la part de ces deux femmes.
A la fin de ce long périple, Ida posera LA question : « et après? et après ? et après?
Je vous laisse découvrir sa réponse en allant voir ce film qui ne laisse pas indifférent même s’il reste un peu froid à mon avis.

Analphabète

Publicités
Cet article a été publié dans A voir, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.