Papier glacé. Un siècle de photographie de mode.

gallieraLe Palais Galliera rend un somptueux hommage à la femme au travers de 150 clichés extraits du superbe magazine de mode Vogue,(américain, français et italien) comme le montre l’affiche (superbe cliché de Constantin Joffé en 1945) Racheté par Condé Nast en 1909 le succès du Vogue américain tiendra en partie au talent des directeurs artistiques que sont les photographes le baron de Meyer puis en 1923 Edward Steichen. Le ton est donné : cette revue fera rêver. La photographie de mode est véritablement un art qui évoluera au cours des décennies et c’est ce que montre cette exposition : la photo en intérieur d’Henry Clarke ou du baron de Meyer, la photographie en extérieur, la photographie-fiction, les portraits, les extérieurs, les natures mortes ou l’art de photographier des accessoires, chapeaux, gants et même des collants qui semblent habiller des jambes imaginaires croisées élégamment. L’exposition thématique permet d’entrevoir les influences et les filiations entre les photographes : on remarque les intérieurs élégants d’Henry Clarke, les mises en scène de Cecil Beaton et les jeux surréalistes de Man Ray et de Guy Bourdin. Force est de constater que la mode comme la photo se réinvente sans cesse. Les hommes savaient regarder la femme avec délicatesse, cherchant à la rendre intemporelle, douce, féminine, séductrice, élégante. Et si les robes qu’elles portent sont mises en valeur par les mannequins, on peut aussi dire que dans ces années -là les formes et les coupes des vêtements mettaient elles aussi la femme en valeur, ce qui n’est pas toujours le cas à l’heure actuelle. On demandait aux mannequins de séduire par leur sourire ou leur pose et non de « faire pas la gueule » comme aujourd’hui dans les défilés, ou d’être agressives comme elles le sont souvent dans les magazines actuels.
Ceci n’est d’ailleurs pas anodin car au-delà de leur apparence de guerrière ou de conquérante rebelle, elles adressent un message, une volonté non de séduire mais de conquérir un pouvoir jusque là réservé aux hommes mais cela est une autre question…Ici les photos sont le reflet d’une femme heureuse d’être une femme et elle entraîne le spectateur dans un univers poétique, mystérieux, enchanteur. Du grand art !

Mille sabords

Exposition à aller voir au Palais Galliera, 10 rue Pierre 1er de Serbie 75116 Paris
avant le 25 mai tous les jours sauf le lundi de10h à 18h. métro Iena ou Alma

Publicités
Cet article a été publié dans A voir, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.