La journée de la jupe ou la fin du féminisme

sexesAvec le droit de vote et celui d’ouvrir un compte en banque, porter un pantalon était une des premières revendications des féministes du début du siècle dernier . Aujourd’hui on lance dans certains lycées la journée de la jupe….pour les hommes.

Humour de potache, comme l’affirment nos gouvernants ou véritable volonté d’imposer cette théorie du genre qui n’existerait pourtant que dans l’esprit dérangé des centaines de milliers de français qui ont manifesté contre le mariage pour tous?
Ce serait une bonne idée s’il s’agissait, comme en 2006 de lutter contre le sexisme en permettant aux jeunes filles de s’habiller comme elles l’entendent sans avoir à subir insultes, machisme, voire agressions.

Le ridicule ne tue toujours pas et c’est parfois bien dommage! On se demande jusqu’où peuvent encore aller ces partisans d’une égalité totale entre les sexes, ignorante des caractéristiques très particulières octroyées à chacun d’entre eux par Dame Nature. Une vérité qui les dérange et qu’ils voudraient nier comme ils tentent de le faire avec la fumeuse théorie du genre.

Est-ce en féminisant les hommes et en masculinisant les femmes que l’on obtiendra l’égalité ? Faut il d’ailleurs la rechercher à tout prix ? Ne vaudrait-il pas mieux reconnaître la différence naturelle des sexes, redonnant par la même à la femme le droit d’exister en tant que telle et remettant au goût du jour des valeurs telles que le respect ou la galanterie au parfum pourtant si désuet ?

La confusion forcée des sexes ne peut qu’aboutir à la dévalorisation du rôle de la femme et son cortège de conséquences néfastes à commencer par la fragilisation de la famille dont elle est le pilier essentiel depuis la nuit des temps. Dans les lycées on ferait mieux d’éduquer à la tolérance qui commence par….l’acceptation des différences.

Bachi Bouzouk

Publicités
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.