8 mars

calendrierCes chers journalistes, bien sûr qu’ils vont en parler ! Ils émailleront leurs JT de quelques poncifs récurrents sur l’inégalité salariale, les violences conjugales, l’avortement en danger, le harcèlement sexuel, la lutte contre les stéréotypes… Et ils donneront la parole à de virulentes militantes hurlant leur volonté d’imposer au monde entier leur image de la femme.
Car le 8 mars, c’est, semble-t-il, la Journée de la femme. Et comme votre servante est bonne fille, chers et chères journalistes, elle vous apporte quelques « sujets » qui renouvelleront vos éditoriaux et autres contenus d’actualité. Ne faut-il pas célébrer ce jour en évoquant les avancées sociétales ?

Inégalité : sachez qu’un français sur trois, faute de ressources, ne consulte plus, particulièrement le dentiste. Parmi ces 20 millions de « sans-dents », les femmes sont majoritaires .

Vie conjugale : le nouveau congé parental d’éducation est réduit à deux ans, sauf si le conjoint prend le relais pour la 3ème année. Donc, après que maman ait mis en péril sa carrière pour le bonheur d’enfanter, c’est ensuite au tour de papa de faire de même. Et puisque la précarité, « c’est maintenant ! », pas de risque que maman puisse s’offrir son détartrage annuel désormais !

Droit à disposer de son corps : louer son ventre pour les paires esclavagistes en mal de bébé sera effectivement une belle avancée pour la femme, mais attention, va falloir s’y mettre sérieusement avec plan de carrière, promotion, 13e mois, formation continue et tout le toutim !

Harcèlement sexuel : soit, mais que doit-on penser des méthodes et contenus pédagogiques à l’école, façon bourrage de crâne, sur la fameuse théorie-qui-n’existe-pas ?

Stéréotypes : c’est affreux, il y a encore des individus pour préférer confier leur bébé à une femme plutôt qu’à un homme ! Remarquez, ce n’est pas comme si la quasi-totalité des pédophiles étaient de sexe masculin…

Par ailleurs, pour illustrer vos analyses, je mets à votre disposition de véritables témoignages. Telle cette petite fille de 3 ans pleurant en revenant de l’école, car, elle, elle n’avait pas deux mamans ! Ou cette Fantine du XXIe siècle, en situation précaire, obligée de se faire arracher quelques dents, faute de s’être introduite clandestinement en France et de bénéficier de l ’A.M.E. !

Tout compte fait, cette Journée des femmes, ce sera sans moi.

Anacoluthe

Publicités
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.