Chronique d’une maman-médecin et médecin-maman. Le docteur Ectoplasme

femme-medecin_2985603

02/02/15 : Douleur et…douleur

Bonjour ! Je suis maman de 5 garçons et aussi médecin, généraliste de formation, mais travaillant en soins palliatifs depuis que je suis « thèsée » ….autant dire que, si je m’y connais en morphine et autres traitements de la douleur et des symptômes de fin de vie, j’ai appris à traiter la bronchiolite et autres maladies bénignes grâce à mes enfants !

Maman avant tout !
Mon mécanisme de défense est la fuite en avant ou la banalisation : « mais non, tout va bien, ce n’est rien et cela va passer ». Autant dire qu’avec cela, je me suis effondrée en sanglots devant le médecin, plus jeune que moi, lors de la première bronchiolite de mon ainé !!! Depuis, je maitrise l’usage de la ventoline, les séances de kiné ne me font plus peur, mais mes enfants ne sont plus malades et je traite les rhumes par une belle indifférence. Même plus de lavage de nez…les enfants sont ravis !

10/02/15 : Bienfaits de la parole

Dans une semaine il aura 4 mois. Ce 5e petit gars est trop mignon….en dehors des soirées et des nuits. En effet, impossible de le coucher sereinement, il pleure de 18h à …quand épuisée je tente une nème fois de le calmer au sein en m’allongeant à ses côtés.
En discutant de cela avec mon amie Isabelle, je prends conscience que mon bébé avait peut-être une angoisse liée à sa naissance. En effet, j’ai accouché à 1h du matin après 4h de travail chez moi et rupture de la poche des eaux en arrivant à l’hôpital. J’étais sûre de mon coup : je venais à l’hôpital pour « déposer » mon bébé comme les deux précédents. Et là, j’entends la sage-femme m’annoncer : « dilatée à 5, et ce n’est pas la tête que je sens, mais l’épaule ». Le coquin s’était retourné…cela peut arriver chez les « grandes multipares » m’affirme-t-on ! Bilan des courses : césarienne et l’extirper de l’utérus n’avait pas été une mince affaire à entendre mon mari présent à mes côtés. Depuis la maternité je pressentais que cela l’avait perturbé car ses pleurs reprenaient de plus belle en début de nuit.
Je décide alors d’agir !! Ce soir là, après son bib, alors qu’il pleure à nouveau, je commence : « tu sais mon chéri, quand tu es né, j’avais perdu les eaux, tu t’étais retourné, et ton épaule était bloquée dans le passage…tu as dû te sentir enfermé, peut être cru que tu allais mourir…alors le médecin a ouvert mon ventre et est allé te chercher, tu t’es peut être senti agressé…mais c’était pour que tu vives, et tu es là maintenant… tu es bien vivant et c’est du passé…je t’aime, tu es en sécurité, on se retrouve demain. » j’ essaie de mettre en pratique les leçons de Bernadette Lemoine, spécialiste de l’angoisse de séparation. Et je pose mon bébé. Et là, oh miracle : il ouvre les bras et s’endort…du jamais vu !!!!

24/02/15 : Magie de l’ostéopathie

Cela fait deux semaines que je lui ai parlé ; je le sens beaucoup plus apaisé mais il ne s’endort malgré tout le soir que bercé dans mes bras et se rendort difficilement après le biberon du milieu de nuit. Je n’ai pas de landau ni de poussette adaptée aux bébés : j’ai décidé depuis la naissance de mon premier que je porterais mes enfants en écharpe. Alors je culpabilise : il a pris de mauvaises habitudes, et ne sait pas s’endormir seul dans son lit à cause de moi. Quand je pense qu’il commence la crèche dans deux semaines…j’ai des sueurs froides.
Et là, une copine, médecin de la douleur, me dit : « va voir un ostéopathe, s’il avait engagé son épaule lors de l’accouchement, elle est peut être bloquée ». Cela fait tilt. Le lendemain j’ai mon rendez-vous chez une ostéopathe en qui j’ai confiance. Et…BINGO!  épaule gauche bloquée, genou gauche aussi et incidence sur le bassin. Et bien depuis, notre vie a changé : aux signes de fatigue, je le pose dans son lit et il s’endort TOUT SEUL, les nuits sont parfaites, il est beaucoup plus souriant…le pauvre avait juste mal.

( A suivre)

Docteur Ectoplasme

Publicités
Cet article a été publié dans Chronique Ectoplasme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.