Pour la vie ?

Le plaidoyer de Denis Moreau en faveur du mariage pour toujours.

Les statistiques sont sans appel : le mariage bat de l’aile. En 2013, derniers chiffres publiés par l’INSEE, 231 255 mariages célébrés en France, soit 15 000 de moins que l’année précédente et chiffre le plus bas enregistré depuis l’après-guerre, avec 125 000 divorces prononcés la même année…image

Dans ce contexte plongeons nous avec bonheur dans le livre de Denis Moreau, philosophe marié et fervent adepte de l’Evangile qui se demande comment préserver nos amours des forces de destruction qui le menacent . Dans  » Pour la vie », paru aux Editions du Seuil, le quadragénaire qui voit autour de lui amis et relations se fracasser sur l’autel du mariage, commence par rechercher les raisons objectives de cette hécatombe . Triomphe du mariage d’amour, allongement de la durée de vie, montée de l’individualisme, importance conférée a la satisfaction sexuelle, travail des femmes, difficulté de l’engagement, recul des valeurs chrétiennes, fin de l’opprobre sur le divorce, dégradation même de l’image du mariage….autant de raisons qui ont contribué à creuser la tombe de cette institution millénaire.
Pourtant, ce professeur de philosophie ne se résigne pas et fait appel à ses maîtres, Descartes, Spinoza ou encore Malebranche pour démontrer que le mariage est un pari que l’on décide de gagner en avançant ensemble dans la même direction. Avec constance,sans passer sa vie à se demander si on a fait le bon choix, mais plutôt en se convaincant que le choix est bon parce qu’on l’a fait. Se marier est une façon de canaliser le désir, de l’objectiver et de l’inscrire dans un cadre, sans pour autant l’éteindre ni le satisfaire de façon complète ou durable.
Et c’est en chrétien convaincu qu’ il explique qu’il est un homme amoureux qui croit au péché originel : « Je pense que c’est une des raisons pour lesquelles je suis encore un homme amoureux. Car quelque soit le nom qu’on leur donne dans le domaine amoureux comme ailleurs, c’est un atout d’avoir appris à ne pas sous-estimer les ténébreuses forces de destruction qui s’agitent en nous. »
L’union pour la vie, à ses yeux est loin d’être une utopie mais certainement ce que les hommes peuvent construire de mieux … A s’offrir et à offrir sans modération.

Bachi Bouzouk

Publicités
Cet article a été publié dans A lire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.