Chronique du docteur Ectoplasme

femme-medecin_2985603Plus maman que médecin ce mois-ci.

31/05/2015 : j’aime la fête des mères !

Régulièrement j’entends des amies se plaindre du énième cadeau de fête des mères reçu, dont elles ne savent plus quoi faire. Quel dommage….
Je ne me lasse jamais de voir mes enfants rentrer le vendredi soir précédent, excités à l’idée d’offrir leur cadeau et de réciter leur compliment. Ou encore de voir leur air heureux lorsqu’ils offrent leur cadeau. Et leur joie de dire leur poème avec tout leur cœur.

Oui, ils aiment leur maman ! Ils sont tellement fiers de ce qu’ils ont fait en classe !

Je me souviens de T. expliquant à son petit frère dont c’était la première fête des mères qu’il fallait attendre le dimanche pour réciter son poème, de T. encore, arrivant dans la salle de bain encore endormi de sa nuit, s’arrêter en me voyant, faire rapidement demi-tour pour aller vite chercher son cadeau et me le donner en récitant avec fierté son poème.
Oui, vraiment, j’aime ce moment qui rend chaque cadeau unique et précieux à mes yeux.

06/06/2015 : l’acquisition de la propreté ou le lâcher prise d’une maman.

le pot« Bon, il est temps qu’A. soit propre ! » C’est ainsi que mon mari nous imposa, à mon fils de pas encore 3 ans et à moi même de s’atteler à l’acquisition de la propreté.

Je n’étais vraiment pas prête ni convaincue, l’été arrivait 3 mois après et dans ma tête on avait du temps avant la rentrée à l’école, date limite pour cela. Je voyais mon fils refuser d’aller sur le pot, nullement gêné lorsque sa couche était sale, ne voulant pas être changé, et n’ayant jamais de couche sèche après la sieste ou la nuit. Bref, aucun indice indiquant qu’A. était prêt ! Mais nous n’avons pas eu le choix : il était temps, avait décrété mon mari…
Je suis allée acheter des slips de sa couleur préférée, à défaut d’en trouver avec « Flash Mac Queen » sa voiture adorée. Oui, il fallait mettre toutes les chances de mon côté ! Durant une semaine ce fut la lutte. A. refusait tout simplement d’aller sur le pot alors même qu’il n’aimait pas faire pipi dans son slip. Mais il me tenait tête : « non, je veux une couche », « je n’irai pas sur le pot ni sur les toilettes ». J’ai commencé par le gronder lorsqu’il y avait un accident « je ne suis pas contente, tu es encore un bébé », puis lui faire du chantage « tu n’iras cet été chez Mamina que si tu es propre » ( il s’empressait à ce moment là d’aller sur le pot faire un petit pipi, et dans sa tête c’était bon !), le menacer « tu n’as pas intérêt à salir ton slip »…bref le seul résultat obtenu fut un sommeil agité chez A. et beaucoup, beaucoup de disputes. Alors j’ai craqué et ai annoncé que je lui remettais ses couches.
Je lui demande quand même le matin suivant :« tu veux un slip ou une couche ? ». Et là il me répond « un slip » ! Depuis, il est propre, malgré un ou deux accidents, et je n’ai plus aucun problème à lui faire faire sur le pot ou dans la nature !

Moralité : lâcher prise lui a permis de décider par lui même…et depuis, la propreté est acquise.

Publicités
Cet article a été publié dans Chronique Ectoplasme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.