Le cri d’une mère

Dans l’affaire Vincent Lambert, comment peut-on s’étonner qu’une maman refuse qu’on mette fin à la vie de son fils?

Qu’une jeune épouse se lasse de la vie végétative de son mari, qu’elle souhaite tourner la page, refaire sa vie, on peut éventuellement le comprendre mais une mère ne baissera jamais les bras, ne rendra jamais les armes.

« Tant qu’il y a de la vie, même un tout petit souffle de vie, il y a de l’espoir », c’est le cri de cette maman.

On a tout fait pour sauver Vincent le jour de son accident et aujourd’hui, on voudrait le faire mourir, c’est inconséquent.

accident

Si c’est pour les tuer quelques années plus tard, autant laisser mourir tranquillement sur le bord de la route les grands accidentés. Les équipes de secours, de réanimation, tous ces frais, finalement pour quoi faire?

Vous allez me trouver cynique mais un peu de cohérence ne nuirait pas à notre sale époque. Vincent n’est pas mort lors de son accident et donc il est vivant.

Il ne comprend plus rien, il n’entend plus rien, qu’en sait-on au juste? S’il comprend, s’il entend, qu’il soit heureux de constater qu’on l’aime comme il est.

C’est tout simple. Non ?

Haddocka

Publicités
Cet article a été publié dans L’humeur d’Haddocka. Ajoutez ce permalien à vos favoris.