Chronique du docteur Ectoplasme

femme-medecin_2985603Monsieur Léonetti, vous vendez du rêve à nos concitoyens !

Mardi dernier, lors d’une journée sur les soins palliatifs, j’écoutais Monsieur Léonetti nous parler de la nouvelle loi sur la fin de vie, ou plutôt tenter de nous convaincre de la nécessité d’une nouvelle loi. La mesure « phare  » est le droit à une sédation profonde et terminale lorsqu’on arrête un traitement qui soutient la vie.
Mais Monsieur Léonetti réfléchit en bon cardiologue-réanimateur qu’il est : en réanimation, si l’on arrête les traitements le patient meurt dans la grande majorité des situations dans les heures voire les minutes qui suivent. Ce qui fait que les réanimateurs sédatent (c’est à dire endorment de façon médicamenteuse) le patient pour qui le traitement qui le maintient en vie est arrêté,  afin de lui éviter de souffrir, en particulier en étouffant.

Il veut imposer cette pratique à chaque médecin, dans tous les services. Mais en dehors de la réanimation, la Vie ne s’arrête pas aussi facilement que cela, ce n’est pas le médecin qui décide mais assez mystérieusement comme le for intérieur du patient… pourrions–nous dire son âme ?

« L’Homme ne vit pas que de pain » Que de fois cette phrase me revient à l’esprit… Que de fois nous voyons, contre toute attente, la personne continuer à vivre, attendant je ne sais qui, je ne sais quoi…

Sédater de façon profonde et terminale signifie priver l’autre de ce dernier acte de volonté, de vie.

Messieurs Léonetti and Co vendent une mort « sans souffrance », dans le sommeil, comme si de rien n’était ! Mais c’est oublier aussi qu’aucun médicament n’enlèvera l’apparition de l’encombrement terminal et des gasps : c’est la phase agonique, le mourir, qui dure plus ou moins longtemps. Ce que ces messieurs ne savent pas et qu’il faut dire, c’est qu’à ce moment là, il n’y a plus de souffrance, la personne est déjà morte au niveau cérébral.

Donc, plutôt que s’acharner à sédater l’impossible, passons du temps à expliquer et accompagner les proches lors de ce moment de la mort.

Ectoplasme

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.