Une élection ordinaire.

Même les femmes qui ne s’intéressent que peu ou pas du tout à la politique pourraient être conquises par la politique-fiction que nous propose Geoffroy Lejeune, rédacteur en chef de « Valeurs actuelles » à travers ce premier roman: Une élection ordinaire.

ZemmourPolitique-fiction mais pas pour 2084, pour demain, pour l’élection présidentielle de 2017. Alors  les acteurs sont  déjà en place et nous les connaissons bien.

Tout commence par un déjeuner improbable, mais allez savoir, entre Philippe de Villiers, Patrick Buisson et Eric Zemmour.

Mais écoutons Philippe de Villiers:

« Tu es le dernier homme politique français, Eric. Je suis fini politiquement, Patrick est condamné au bûcher médiatique, mais toi, tu as la plus belle circonscription électorale de France… Il (Ph de V) s’était rendu à l’évidence, leurs idées étaient mieux représentées aujourd’hui par un polémiste que par un politique. »

Et c’est parti pour 250 pages drôles ou consternantes, hallucinantes ou révoltantes d’un univers que l’auteur connaît bien , dont il nous fait profiter côté coulisses et c’est très réussi. Combines, amitiés vraies ou de pur intérêt, haines, règlements de comptes, traquenards en tous genres, c’est un festival…jusqu’à l’élection de Zemmour.

Le roman c’est pratique, on peut inventer n’importe quoi, mais entre Mohamed Ben Abbes, le président de Houellebecq dans son roman Soumission et Zemmour,  dans le roman de Lejeune, personnellement je vote Zemmour.

Une réussite à faire partager

Haddocka

Publicités
Cet article a été publié dans A lire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.