L’hermine

Joli titre pour ce nouveau film de Christian Vincent après, entre autres les « saveurs du palais » dont nous avions parlé ici.

luchiniIl s’agit bien de l’hermine qui orne la robe rouge des magistrats et pas de la Bretagne car nous sommes à Saint Omer où siège, curieusement, la cour d’Assises du Pas de Calais.

Michel Racine, joué par Fabrice Luchini en est le président. Ni commode, ni urbain mais sérieux et appliqué. Il va retrouver par hasard, parmi les jurés de l’affaire d’homicide d’une fillette qu’il doit juger, une femme médecin(la très belle Sidse Babett Knudsen) qui à l’hôpital, quelques années plus tôt, lui a tenu la main quand il souffrait tant après un accident et dont il est depuis et secrètement très amoureux.

Ce pourrait être une histoire banale si elle n’était doublée de cette plongée dans une cour d’Assises dont on a, pour beaucoup, assez peu l’expérience. On y apprend beaucoup de choses, ce n’est jamais ennuyeux et il faut signaler ici la performance des seconds rôles comme Miss Ming, parfaite représentante de la misère sociale si criante au pays des terrils.

Mais bien sûr c’est Fabrice Luchini qui retient l’attention par son jeu très subtil. Les gros plans sur son visage peuvent exprimer tant de choses et des choses si différentes d’un instant à l’autre qu’on ne peut que  lui reconnaitre un immense talent.

Un beau film tout public, alors ne vous privez pas de ce plaisir.

/p>

 Haddocka

Publicités
Cet article a été publié dans A voir, Cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.