Impressions de voyage, portraits de femmes

De retour d’un voyage en Inde du Sud entre Madras (Chennai), Mahabalipuram, Pondichéry, Tanjore, Madurai, Thekkady, Cochin, je voudrais tenter un portrait des femmes que j’ai vues là-bas.

1 milliard deux millions d’habitants : le pays le plus peuplé et le plus jeune du monde.

20160309_091126Les femmes sont partout, en ville, en campagne,  toujours actives. Elles ont une allure superbe : Beaucoup marchent le long des routes, parfois pieds nus, très droites dans leurs saris  portant sur la tête des légumes, du linge dans une cuvette d’aluminium ; ou alors elles sont pliées en deux dans les rizières, ou le long des rivières à laver le linge, leurs enfants, ou leur longue chevelure.20160316_081443 Parfois elles sont assises en tailleur,  à même le sol, devant un étal de fruits et de  légumes ou dans les lieux touristiques devant des bracelets de bois, et des colliers de verre.

Quelle dignité dans leurs saris de coton ou de soie, toujours merveilleusement colorés. En deux semaines je n’en ai pas vu deux pareil ! Personne ne court; certes il fait entre 33 et 35 degrés mais surtout cela fait partie de leur façon de vivre.20160310_155244 Calmes, minces, longilignes, belles, elles ont leurs longs cheveux noirs lisses en chignon ou frisés,  lâchés  dans le dos très souvent décorés de guirlandes de fleurs de jasmin naturelles qu’elles changeront tous les jours. Non seulement c’est ravissant mais en plus cela laisse dans leur sillage un parfum délicieux. Elles affichent un large sourire aux dents très blanches qui ressort sur leur peau brune voire presque noire et sont ravies d’être  photographiées. Ensuite elles rient de se voir en photos !! Très féminines, les plus fortunées, celles des castes supérieures,  arborent  leurs discrètes boucles d’oreille en or et leurs bracelets d’or aux poignets et aux chevilles, sans ostentation. En général ce sont les cadeaux qu’elles ont reçu lors de leur mariage et qu’elles pourront  vendre en cas de nécessité. Les plus jeunes, les écolières se risquent à quelques mots d’anglais, devinant que le tamoul nous sera difficile à comprendre. Toujours la même question « Where do you come from ? » Et à la réponse « Paris » leur visage s’illumine.

Dans les villages et même dans les villes aucune poussette, les trottoirs en terre battue sont criblés de trous. Elles portent leurs enfants dans les bras mais j’ai été frappée par le peu d’enfants en bas âge ; peut-être restent-ils à l’abri de la chaleur. Par contre ils apparaissent en famille dans les temples où l’on fait la sieste, où l’on se réunit pour un pique-nique avant de se livrer aux dévotions.20160312_124230

Aucun sac à mains non plus. Où est le porte-monnaie ? Sans doute dans une poche du sari. Libres de leurs mouvements, elles marchent dans leurs saris qui flottent au vent et qui ne dévoilent que leurs bras et leurs chevilles minces. Peu de femmes isolées, elles sont souvent à 2 ou 3,  parlent et rient. Elles semblent heureuses. Comme je me sens loin des mines renfrognées ou angoissées rencontrées dans le métro parisien. Ici pas de bousculades non plus même si les rues, les marchés grouillent de monde bruyant car ici les klaxons font la loi : Bus et camions ne ralentissent pas devant les piétons, les vélos et les rickshaws (=tuktuks). Seuls les troupeaux de vaches qui cheminent sur les routes seront respectés…Mais nous ne verrons qu’un accident !

Je n’ai aperçu aucune femme au volant d’une voiture, par contre j’ai vu à Chennai plusieurs jeunes femmes au volant d’un scooter.

Ailleurs elles sont derrière le conducteur et à cause de leur sari le scooter est équipé d’un marche-pied qui leur permet de monter en amazone et de rester très pudiques et élégantes.

20160314_093228Courageuses, j’en ai vu une (certainement une sudra= intouchable ) fabriquer des briques à mains nues. En plein soleil, les mains dans la boue argileuse, elle se pliait  ensuite en deux pour mettre à terre et faire sécher sa plaque de huit briques  et reprendre comme à la chaîne son activité.

A suivre…

Mille sabords

Publicités
Cet article a été publié dans voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.