Impressions de voyage…suite

Ce qui m’a frappé en Inde ce sont les signes de la main des enfants partout et leurs sourires, même lorsque notre gros bus vient perturber la vie du village. Toujours des colliers de jasmin pour nous accueillir. Les grincheux pourront penser que c’est un geste touristique mais non c’est l’expression d’une gentillesse, d’une bienfaisance que les Indiens nous prodiguent. L’hindouisme est à la base de ce comportement nous dira le guide Matthieu qui nous accompagnera tout au long du voyage.
Ici les temples sont remplis de monde, on vient au temple en famille, on y fait ses ablutions, on y apporte ses offrandes et on prie les différentes divinités. C’est la fête : on chante et on rencontre des  cousins, des amis, on papote, on rit un peu à l’écart des lieux sacrés et même on pique nique… Une atmosphère fervente  et bon enfant. Ici la religion se vit au quotidien et les enfants tout jeunes sont de la partie et sont rappelés à l’ordre s’ils crient un peu trop. Les  adeptes de Shiva ont le front orné de barres blanches horizontales, les femmes ont cette pastiile rouge au front, les brahmanes torse nu psalmodient …
A côté des temples s’élèvent de nombreuses églises catholiques aussi colorées que les temples, elles datent du XIX ° siècle et certaines sont devenus de véritables lieux de pèlerinages où les écoles affluent. Matthieu soulignera que lorsque les indiens viennent en France, nombreux sont ceux qui se rendent à Lourdes. A Poodi,  il y a même une « filiale « de Lourdes. J’assisterai d’ailleurs le dimanche à Madurai à la messe dans l’église  Marie de Lourdes . Là encore stupéfaction: Pas de chaises ni de bancs, l’église, pourtant très vaste,  est comble. Pas un espace vide,  même certains seront debout à l’extérieur. L’autel  surplombe une assistance nombreuse, assise en tailleur, pour écouter, agenouillée lors de la Consécration  ou debout. Seuls les chants et les prières rompent ce silence fervent. La communion est donnée dans la bouche ou dans la main mais toujours très dignement. Les enfants et parents se sont habillés et coiffes soigneusement pour aller à la messe.

Quid des castes ?  des mariages ? de l’avortement ? Matthieu nous apprendra que le régime des castes est interdit depuis Gandhi…Les mariages d’amour commencent à exister  mais la majorité d’entre eux sont encore arrangés. Pas question de mariage à l’essai. Taux de fécondité 2,4 enfants par femme.20160312_124019

Pas de liberté sexuelle. En plus au village tout le monde se connaît, il y a une grande confiance entre les gens et tout se sait! Chacun a conscience de sa réputation. « Le portable fait changer les choses et les jeunes filles n’hésitent plus à porter plainte en cas d’agression. « ajoute-t-il.
L’avortement n’est pas légal, seul l’avortement thérapeutique lorsque la vie de la mère est en danger ou « si l’enfant est mal formé. »  Quant aux adoptions, elles sont sévèrement contrôlées.
Pas de polygamie, pratiquement pas de sida.
Les personnes âgées sont  assistées par leur famille, le gouvernement leur accorde même une petite pension.
Plus de problème  d’alimentation en Inde, il existe des magasins  d’ Etat où muni d’une carte on paie selon son revenu.
Difficile de savoir le nombre de chômeurs car chacun est libre d’ouvrir une échoppe pour vendre des bananes, des fleurs ou des noix de coco, seules les boutiques en dur sont contrôlées.  Ce qui est certain c’est que ces gens souriants respirent la gentillesse, le calme,  voire la sérénité tout en travaillant, même dans des conditions précaires et difficiles.
L’Inde est un pays en marche. Attachant et passionnant !

Mille sabords.

Publicités
Cet article a été publié dans voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.