Lorsque l’enfant paraît…

Lorsque l’enfant paraît,naissace-1 écrivait Victor Hugo, le cercle de famille applaudit… Le cercle élargi sûrement, mais les géniteurs eux-mêmes sont-ils vraiment « à la fête » ?

Elle, complètement épuisée par une fin de grossesse, un accouchement et les premières nuits à peu près blanches.

Lui, complètement perdu, dépossédé de son épouse entièrement consacrée à son enfant.

 Oui une première naissance est un véritable séisme.

Mais ne vous inquiétez pas trop, c’est un moment difficile mais pas insurmontable. Vous n’êtes ni les premiers ni les derniers. Autrefois la maternité était affaire de femmes, aujourd’hui, c’est de plus en plus une affaire de couple et c’est tant mieux.

Comment être toujours deux quand on est trois ?

Revenons dix mois en arrière.

Vous êtes de jeunes tourtereaux, vous vivez complètement l’un pour l’autre et déjà l’annonce d’une grossesse va changer la donne.

Bien sûr vous êtes très heureux, mais Monsieur , qui ne voyait dans cette future naissance que l’apothéose de tant d’amour, va vite faire l’expérience d’une épouse fatiguée, nauséeuse et qui perd à vue d’œil le joli galbe de ses hanches.

Elle, se sent de cristal, extrêmement fragile avec cette petite vie qui s’installe en elle, que Monsieur ne la touche pas trop !

Plus de cigarettes, plus d’alcool, plus de sports d’hiver, plus de sorties, elle couve  et lui… il attend des jours meilleurs.

La naissance va être un moment inoubliable d’union presque mystique, d’extase devant un tel prodige :

« la femme sur le point d’accoucher s’attriste, parce que son heure est venue, mais quand elle a enfanté, elle oublie les douleurs, dans la joie qu’un homme soit venu au monde ».

                                                                                                                                             (jn 16, 20)

mais vous allez vite revenir sur terre.

Le père, qui aura probablement assisté impuissant aux « douleurs de l’enfantement » à la maternité, peut être profondément perturbé. Sa femme qui n’a d’yeux désormais que pour son bébé, semble l’abandonner à son triste sort.

– Lui : » Il y a longtemps que tu ne m’as pas fait de tarte aux pommes. »

-Elle : » Je me débats entre les couches, les biberons et le vomi et tu me parles de tarte aux pommes !! »

Alors elle pleure, il pleure , au moment où le bébé  évidemment pleure aussi.naissance-2

Pour que votre couple reste un couple,

il faut de la patience, beaucoup de patience des deux côtés, car ce n’est facile ni pour l’un ni pour l’autre.

Mesdames, oubliez de temps en temps votre bébé, laissez le pleurer quand vous passez un moment tranquille avec votre moitié. Dites lui : « je suis bien avec toi, que le bébé pleure un peu ce n’est pas grave ».

Mettez la gomme pour rentrer au plus vite dans « les jeans d’avant » et investissez dans un blush à joues « super bonne mine ».

N’hésitez pas à confier votre bébé, même tout petit à un proche, pour dormir, vous promener, continuer à faire ce que vous aimiez faire ensemble.

Et surtout parlez ! Ne laissez pas l’incompréhension ou le ressentiment s’installer entre vous, tenez compte des critiques, excusez-vous. Un homme qui se sent dépossédé va rapidement:

ou s’éloigner et construire sa vie à côté, ou exploser pour un oui ou pour un non, ou ne rien dire et accumuler les griefs.

Dans tous les cas, ça va devenir insupportable.

Expliquez lui, mais surtout montrez lui que tout est comme avant, que votre cœur n’est pas partagé, mais agrandi.

Encouragez votre mari à prendre part à toutes les tâches avec vous, remerciez-le, même si le change est mis de travers et s’il a oublié de jeter la couche sale!!!

Cette période difficile sera vite oubliée, vous allez vite vous rôder à votre métier de parents  et en goûter les joies, surtout si vous n’avez tous deux qu’une seule idée en  tête :

                                  « Faire plaisir à l’autre tout le temps. »

Vous allez me dire que c’était bien la peine d’en écrire autant pour une fin aussi banale.

Vous aurez raison. Le secret d’un amour qui dure est tout bête sinon tout simple :

                                   « Faire plaisir à l’autre tout le temps. »

coeurs

Boit-sans-soif

 

Publicités
Cet article a été publié dans faits de société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.