Elections présidentielles

On nous reproche ces jours-ci de ne pas avoir pris parti dans cette campagne présidentielle comme si cela ne nous intéressait pas.
Rassurez-vous, cela nous intéresse au plus haut point mais nous n’avons trouvé personne parmi les onze candidats qui soit vraiment à notre goût parce que personne ne cherche à redonner aux femmes la place qu’elles mériteraient au sein de notre société.

Egalité des salaires, plus de crèches, congé parental partagé, il s’agit pour les femmes de devenir des hommes comme les autres.

Or ce n’est pas notre point de vue. Nous pensons que les femmes ont sur cette terre et dans notre pays,  la mission spécifique de donner la vie et d’éduquer le petit d’homme aux premières règles du « vivre ensemble ».

Aujourd’hui la pression économique est telle que beaucoup de femmes sont obligées de travailler et que des couples sont contraints de renoncer à un troisième ou quatrième enfant faute d’aides appropriées.

Nous continuons de militer pour un véritable salaire maternel et des allocations familiales sans condition de ressources, parce qu’élever des enfants est un vrai métier et elle avait bien raison cette jeune femme qui en face de « profession » avait écrit « cent » et non pas « sans ».

Immigration, travailleurs détachés, retraites, si la France avait les enfants qui ne sont pas nés depuis les années 70-80 nous n’en serions pas là. Un pays sans berceaux est un pays condamné à mourir.

Ceci étant dit et maintenant que se profile le deuxième tour des élections présidentielles, le problème se pose autrement. Restent en lice deux candidats complètement opposés sur à peu près tous les sujets.

Nous redisons ici notre attachement au respect de la vie de la conception à la mort naturelle sans GPA et sans PMA.

« Je souhaite faire avancer encore l’égalité des droits…Vous l’avez compris, ma priorité sera la lutte implacable contre les anti-LGBTI (sic) dans toutes leurs dimensions. »(Lettre ouverte d’Emmanuel Macron aux LGBTI 16-04-2017).

« Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence? » déclare de son côté Pierre Bergé, grand ami du prétendant.

Et bien non, nous n’admettons pas un tel mépris, nous avons une autre vision de l’homme! A bon entendeur, salut !

Photo Dick MA sur Facebook

Les femmes ad hoc

 

Publicités
Cet article a été publié dans Billets d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.