Eglise et immigration

« Que serait une justice qui remettrait les dettes, où l’on pardonnerait sans punir, une diplomatie où on tendrait la joue gauche ou une économie où l’ouvrier de la onzième heure  recevrait le même salaire que celui qui a œuvré tout le jour? »

A coup sûr à l’anarchie et à la ruine, nous dit Laurent Dandrieu dans son livre: Église et immigration, le grand malaise.

Un principe évangélique s’entend dans le sens d’un perfectionnement moral individuel pour mériter le Ciel mais n’est pas une règle de droit.

De même: « J’étais un étranger et vous m’avez accueilli » qu’on lit dans l’évangile de Saint Matthieu (25- 35) ne peut fonder une politique sociale.

Pourtant c’est actuellement la confusion qui règne dans L’Église à propos de l’immigration et elle n’est pas nouvelle. Dialogue inter-religieux oblige! Mais un chrétien a le devoir de rester libre en politique.

 » Nous chrétiens, nous devrions accueillir avec affection et respect les immigrés de l’Islam qui arrivent dans nos pays » déclarait encore très récemment le pape François.

Accueillir l’étranger même s’il se présente en masse, ne regarder le problème que du côté du migrant qui a droit à rechercher un avenir meilleur ailleurs sans jamais se placer du point de vue de l’autochtone qui voit ses habitudes, son mode de vie,  sa civilisation se modifier en profondeur au risque de disparaître,

voilà le grand malaise.

Laurent Dandrieu, simple laïc mais aussi journaliste spécialiste des affaires religieuses, fait le tour de la question dans ce livre très documenté et très bien argumenté mais il n’est pas le seul à s’inquiéter de la situation. De nombreuses voix s’élèvent et dans L’Église même.

Un livre essentiel qui se termine cependant sur une note d’Espérance:

Si la pression islamiste donnait aux français et aux européens fatigués de l’hédonisme et de l’individualisme ambiant, le goût de renouer avec les trésors de leur civilisation, reconnaître les immenses bienfaits de L’Église et se décider à les défendre, tout reconstruire de la base….

Aux Presses de la Renaissance

Haddocka

 

Publicités
Cet article a été publié dans A lire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.