Les parfums du château

Si vous avez soif de littérature saine et élevant l’âme, je vous conseille de lire le dernier roman de François Billot de Lochner.

Nos enfants, petits-enfants et nous-mêmes sommes quotidiennement agressés par une pornographie qui s’affiche partout. A hauteur d’yeux d’enfants dans les magasins de journaux, sur les kiosques, les bus, les murs de nos villes sans parler des chaînes de télévision, nous subissons « ce tsunami mondial qui ravage toute la planète« , avec inquiétude pour certains parents et grands-parents, mais aussi avec la volonté de lutter pour une certaine jeunesse courageuse et c’est là le très beau thème du roman de François Billot de Lochner.

Voici une petite jeune-fille de 22 ans qui longe à bicyclette un soir de printemps le parc du Château de Versailles pour rentrer chez elle. Attirée par une foule jeune et bruyante, elle s’en approche et découvre quelques garçons sur une estrade qui abrutissent d’une cacophonie délirante tout un groupe de jeunes gens fascinés par cette laideur musicale. Le chanteur de la formation, Joël, dit « Jo la Ferraille » car s’égosillant habituellement sous l’une de ces hideuses sculptures contemporaines en fer, fait participer son auditoire à ses hurlements hystériques. Quand Jo commence à se hisser sur les poutrelles métalliques, se contorsionnant dans tous les sens, tapant dessus avec son micro, interpellant son auditoire en transe, le spectacle dépasse les forces de Clotilde qui, atterrée, reprend sa bicyclette pour rentrer chez elle.

Quelques jours plus tard, Clotilde va chercher un de ses plus jeunes frères à une soirée. Coïncidence, Jo la Ferraille officie aux côtés du batteur et du guitariste rencontrés récemment.Voyant que son frère entame une discussion avec l’un d’eux, Clotilde s’approche de l’orchestre dont les membres lui demandent son opinion sur leur musique.

« Horrible, nulle, inaudible« , Clotilde n’y va pas par quatre chemins!

Piqués au vif, ceux-ci l’invitent  à venir les écouter le lendemain dans la cave où ils s’exercent. « Parfait, dit Clotilde, je passerai vers 16h et nos irons ensuite dans le Parc pour nous débruiter les oreilles!« . C’est lors de cette visite que Clotilde surprend le batteur les yeux rivés sur un tabouret à coté de lui. Par quoi peut-il être fasciné à ce point? S’approchant de lui après son audition héroïque, Clotilde découvre que ce jeune garçon est happé par des images pornographiques. Elle est accablée mais, là, débute toute une très belle histoire qui donne une image réconfortante de la jeunesse incarnée par Clotilde qui va devenir l’ange gardien de Jo le Ferrailleur.

Une fin triste, mais ce qui est beau n’est-il pas souvent triste?

C’est donc un très beau roman que nous vous proposons de lire ou de faire lire à Noël. Car il peut susciter ou encourager nombre de belles vocations dont nous avons tellement besoin! Pour tous à partir de 14 ans.

« Les parfums du château ». François Billot de Lochner. Ed Terra Mare, 15 €

Sapajou

Publicités
Cet article a été publié dans A lire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.