Le Val de Grâce… grâce à deux femmes d’exception…

Je voudrais vous faire profiter aujourd’hui d’une découverte que je viens de faire à Paris cette semaine et qui peut autant intéresser des personnes de passage dans notre belle capitale que les parisien(ne)s. Car si « le musée du  service de santé des armées »  est assez bien connu, l’Abbaye du Val de Grâce ainsi que l’église la jouxtant le sont moins. Nous les devons à deux femmes remarquables.

Au début du XVII° siècle, il existait près de Clamart, un petit monastère de Bénédictines, connu depuis le XII° siècle sous le nom de Couvent du Val Profond. En 1619, Anne d’Autriche s’en déclare la protectrice tout en en changeant le nom qui devient le couvent du Val-de-Grâce de Notre-Dame-de-la-Crèche. Puis elle  obtient que l’une de ses amies, Mère Marguerite de Veny d’Arbouze en soit nommée abbesse. Peu après, Anne d’Autriche souhaitant faire venir ces religieuses à Paris, charge le garde des sceaux de l’époque, Michel de Marillac, de trouver un emplacement. Celui-ci acquiert donc » le petit Bourbon « , propriété à l’abandon dans le faubourg St Jacques. Les sœurs sont transférées en 1621. Le Petit-Bourbon comptait alors trois corps de logis dont deux existent toujours.

Les sœurs aménagent un chœur grillagé, une clôture et une « église du dehors ». Trois ans plus tard, la Reine pose la première pierre d’un cloître régulier et se fait construire le joli pavillon que l’on voit encore et où elle séjourna régulièrement . Elle trouve en Marguerite d’Arbouze une amie profonde dont la piété magnifique l’élève et la fortifie au milieu de toutes les difficultés qu’elle rencontre, l’adversité de Richelieu comme celle de Louis XIII au début de leur mariage n’étant pas des  moindres.

Après 22ans de mariage, la Reine désespère d’avoir un enfant. Elle promet alors à Dieu de Lui élever « un temple magnifique » s’Il accorde à la France un Dauphin. La Reine est exaucée! Le 5 Septembre 1638 nait Louis-Dieudonné, futur Louis XIV.

Portrait par Rubens

La Reine est pressée d’honorer son vœu. Mais il lui faut attendre d’être régente pour ordonner le commencement des travaux de l’église que nous connaissons. Mansart , architecte de la Couronne, est chargé d’établir les plans.

L’église sera achevée quelques mois avant la mort de la Reine qui aura donc la joie d’assister à la première Messe qui y sera célébrée par l’Archevêque de Paris.

Le  cadre architectural des différents lieux que j’ai évoqués est magnifique. Ils sont beaux en eux-mêmes, certes, mais l’Histoire dont ils sont les témoins leur confère  cette grandeur qui m’a éblouie.  Y pénétrer, c’est découvrir et s’approcher de ces deux femmes merveilleuses de piété que furent Marguerite d’Arbouze et notre Reine Anne d’Autriche. Le temps est aboli un moment, on est à l’unisson avec  notre France chrétienne. Moment que je vous souhaite de toute âme.

Sapajou

Abbaye du Val de Grâce, entrée par le 74 rue St Jacques, mardi, mercredi, jeudi samedi et dimanche de 12h à 18h. Pour une visite guidée, appeler le 01 40 51 51 92.

Publicités
Cet article a été publié dans A voir. Ajoutez ce permalien à vos favoris.