Le Déjeuner des barricades

 

2018… 50 ans après mai 68

Un anniversaire qui, n’en doutons pas, sera fêté en grande pompe.

Et si nous commencions par un déjeuner.

Pauline Dreyfus nous invite,  nous ne pouvons refuser.

Un  déjeuner en mai 1968, dans le superbe hôtel  Meurice.

Quel contraste entre cet hôtel feutré aux salons lambrissés et dorés et les pavés arrachés de la rue des Écoles et les vociférations révolutionnaires des étudiants sur la rive gauche.

Nous n’y aurions pas pensé mais l’hôtel se met en grève aussi, enfin pas tout à fait. Il ne faut pas que les clients en pâtissent. On fait de l’autogestion et le directeur est destitué de ses fonctions.

Mais c’est le jour de la remise du prix Roger-Nimier, un fameux prix  et la milliardaire Florence Gould organise chaque année à cette occasion, un déjeuner dans les salons de l’hôtel Meurice. Le lauréat est Patrick Modiano pour son premier roman « la place de l’étoile », roman qui traite de l’occupation.   Clin d’œil  de l’auteur, c’est justement à l’hôtel Meurice qu’était installée la Kommandantur et le général  von  Choltitz y avait son quartier général…

De la mise en place du déjeuner au cours de cette journée bouleversée, à l’établissement du menu, à la liste des invités….tout est fait pour réjouir notre lecture.  Les affres du personnel  en roue libre sont bien montrées. Et quel panache que ce directeur qui prend  avec brio le poste déserté de « dame vestiaire »!

Pauline Dreyfus a un style enlevé, un esprit caustique. Nous sommes emportés dans un tourbillon et côtoyons, pour quelques heures,  les invités de cette « Meuriciade »:  Jean Paul Getty, Paul Morand, Antoine Blondin, Salvator Dali……

Sans en avoir l’air, tout est dit,  une allure de comédie satirique, Pauline Dreyfus campe situation et personnages avec beaucoup de réalisme et de finesse.

Bon déjeuner

Moussaillon

Le déjeuner des barricades. Editions Grasset

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans A lire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.