Intra muros

Une pièce d’Alexis Michalik au théâtre La Pépinière. Paris 2°

« Qu’en un lieu, qu’en un jour, un seul fait accompli, tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli »

Si nous avons tous appris cette définition du théâtre classique, il y a bien longtemps qu’auteurs et metteurs en scène ont tordu le coup aux préceptes de Boileau … avec des fortunes diverses.

« Intra muros » n’échappe pas à la règle.

Le décor est minimaliste: Un lit, quatre chaises, une table sur fond anthracite.

Nous sommes dans la salle polyvalente de la centrale de Nevers où un metteur en scène vient proposer des cours d’art dramatique aux détenus. Mais, sans baisser de rideau, la scène peut devenir un appartement, une terrasse de café, à Nevers, à Marseille ou ailleurs… Alors unité de lieu, bonjour!

Nous sommes à la fois dans la réalité et dans la fiction, dans le théâtre et dans la vie et les acteurs sont plusieurs personnages à la fois… unité d’action, bonjour!

Nous sommes promenés d’hier à aujourd’hui dans la vie des uns puis dans la vie des autres… unité de lieu, bonjour!

Ces déstructurations vous font peur?

Et bien vous avez tort d’avoir peur car, comme un jongleur qui vous émerveille de sa dextérité avec deux balles, puis trois, puis cinq, puis dix, vous êtes ébloui par la dextérité de Monsieur Michalik, jeune auteur de 35 ans.

A. Michalik

Son « Edmond », dont nous avons parlé ici, était déjà une performance mais cette fois c’est du grand art.

Pour que ça fonctionne, il faut une direction d’acteurs très exigeante, au millimètre et à la seconde et il faut surtout de prodigieux acteurs (mention toute spéciale à Alice de Lencquesaing) capables de changer de registre plusieurs fois sans que cela se voie.

Il faut aussi de l’émotion. Elle est bien là. Intra muros est un beau titre. Détenus à l’intérieur des murs bien sûr, mais aussi comment faire tomber les murs montés autour de ceux qui sont dehors et faire parler ceux qui sont « murés » dans le silence.

Une pièce à voir d’abord pour la maestria de la réalisation mais un peu difficile, à réserver aux adultes et grands adolescents.

Haddocka

Publicités
Cet article a été publié dans A voir. Ajoutez ce permalien à vos favoris.