Lion

Lion, un film de Garth Davis, 6 nominations aux oscars dont celui de meilleur film, est tiré d’une histoire vraie.

lion-2Saroo (Sunny Pawar), se retrouve perdu à 5 ans à Calcutta, ville de plusieurs millions d’habitants, ville  aux mille dangers, parfois suggérés, parfois montrés. Face à la violence urbaine, face à la perversité des hommes, Saroo nous émeut par son courage, son intuition, sa sensibilité, son esprit vif, son intelligence qui le feront sortir du lot d’enfants recueillis dans un orphelinat.

Adopté par un couple d’Australiens (Nicole Kidman et David Wenham  sont merveilleux), lion-3il devient un étudiant brillant. Mais, avec le temps, avec l’âge, Saroo, qui a maintenant 25 ans,  est taraudé par le désir de revoir sa vraie mère, qu’il a connue, aimée, et jamais oubliée. Ce désir devient une obsession presque maladive, au détriment de l’amour immense que lui portent ses parents adoptifs, au détriment de ce « frère » adopté comme lui, aimé malgré ses douloureux problèmes psychologiques, au détriment de l’amour profond qu’il a découvert auprès d’une étudiante.  Saroo, promis à un bel avenir, n’arrive plus à dormir, obnubilé par le désir quasi viscéral de revoir sa mère chérie.

Le film traite avec une grande sensibilité ce délicat problème de l’adoption, la peur de faire de la peine aux parents adoptifs, le désir de retrouver la chair de sa chair, celui de retrouver les racines que chacun porte en lui  sans compter l’expérience vécue de deux civilisations différentes. Sublimé par une superbe musique ce film n’est pas dénué de suspense, on tremble avec Saroo, on rit et sourit avec lui.

lion-4Cette quête interminable finit par porter ses fruits et on pleure de bonheur au moment des retrouvailles, mais je  vous laisse découvrir pourquoi ce film s’appelle LION.

Mille sabords

Publié dans A voir

Ensemble

fabiomarraConnaissez-vous Fabio Marra, ce jeune napolitain de 33 ans, auteur, metteur en scène et acteur qui nous donne à voir une très jolie pièce au Petit Montparnasse: Ensemble.

Isabella a élevé seule ses deux enfants, Miquélé (Fabio Marra) et Sandra (Sonia Palau). Une sorte de mère courage qui a tout sacrifié pour donner la meilleure vie possible à son fils qui n’est pas « normal ». Sandra, elle, a fait des études et est partie depuis longtemps de la maison. Mais est- elle si « normale »,  elle qui en dix ans, alors qu’elle travaille dans un central téléphonique, n’a pas appelé une seule fois sa mère.

Parce que son fiancé a insisté, elle réapparait…

Une pièce très plaisante entre rires et larmes sur le dévouement, l’abnégation, le respect de toute personne à commencer par les plus faibles, sur la famille aussi.ensemble-2

Une performance d’acteurs, Catherine Arditi parfaite en mère possessive et Fabio Marra impressionnant dans un rôle de composition difficile, qui n’en fait jamais trop mais qui sait se rendre extrêmement attachant.

A voir en famille, vous ne le regretterez pas!

ensemble-avec-logo-et-tpa-roseThéâtre du Petit Montparnasse: 31 rue de la Gaité. 75014 Paris

Location 01 43 22 77 74  Le soir à 21 h et le dimanche en matinée à 15 h

http://www.theatremontparnasse.com/ensemble/

 

Haddocka

Publié dans A voir

« Silence »

silence-1Ce film de Martin Scorsese qui vient de sortir en France fait déjà beaucoup parler de lui. Analyser les intentions du cinéaste, ou l’évolution de sa position religieuse comme on le lit actuellement me paraît trop intime pour aborder ce film sous cet angle.

Mais de quoi s’agit-il tout d’abord?

Nous sommes au XVII° siècle. Deux jésuites missionnaires portugais souhaitent retrouver leur précepteur pour lequel ils ont une grande admiration. Apprenant que celui-ci est au Japon, ils partent sur ses traces. C’est ainsi qu’ils débarquent sur  une côte sauvage de l’archipel  où ils ont la stupéfaction de trouver une toute petite communauté paysanne chrétienne qui se cache pour se protéger des persécutions dirigées contre elle  par le cruel Inquisiteur bouddhiste du lieu. C’est un vrai miracle de trouver encore des chrétiens qui sont persécutés, martyrisés, dénoncés depuis tant d’années.

Cette rencontre donne lieu à l’une  des plus belles scènes du film me semble-t-il : les visages de ces hommes et de ces femmes qui ne vivent que de leur Foi sont superbes. A la vue de ces deux prêtres, ( dont ils sont privés depuis si longtemps), leurs yeux sont emplis d’une joie quasi surnaturelle et lorsqu’ils offrent leur maigre repas à ces missionnaires  affamés, ceux-ci se jettent sur la nourriture tandis que ces paysans tout imprégnés de vie chrétienne attendent d’eux qu’ils disent le bénédicité…

L’arrivée de ces prêtres va terriblement aggraver la situation de cette petite communauté. Jusque-là, renier leur Foi en piétinant une image du Christ gravée dans la pierre comme le leur demandaient les émissaires de l’Inquisiteur était absolument inconcevable. Tout plutôt que renier Dieu, le martyre plutôt que l’apostasie, avec cette certitude que le Paradis est la récompense de leur fidélité indéfectible.

Silence-05057.tifL’inquisiteur bouddhiste va se servir de ces prêtres pour obtenir le reniement de ces gens : en les faisant torturer devant eux qui assistent , impuissants derrière les murs  à claire-voies de leur prison en bois, à leur  martyre sous des formes diverses et insoutenables. Devant tant de souffrance, l’un de ces religieux les supplie d’apostasier .

Pour moi, le problème majeur que pose ce film se situe là : quel est le rôle du prêtre? Qu’attend-on de lui? Le chrétien n’attend pas le bonheur de sa vie sur terre, mais de son retour à son Créateur en son magnifique Paradis. Un prêtre qui fait apostasier pour éviter des souffrances? Et qui est donc prêt à apostasier lui-même ( ce sera le cas pour l’un de ces  missionnaires). Si, humainement, on peut comprendre cette compassion envers son prochain, c’est dégrader le prêtre que de lui attribuer ce rôle si terrestre. Le prêtre est un autre Christ qui emmène ses fidèles au Ciel, cela dût-il être au péril de sa vie terrestre comme de ceux qu’il conduit pour atteindre le royaume de Dieu.

silence-4

Je pense à tous ces chrétiens d’Orient. Que dirions-nous d’un prêtre débarquant chez eux et les exhortant à renier leur Foi? Connaissons-nous simplement un apostat canonisé?

Qu’on ne se méprenne pas sur mes propos. Loin de moi l’idée de juger. Ce film a le mérite de faire réfléchir au martyre chrétien. Libre à chacun de donner sa réponse. Mais, en sortant du cinéma, je n’ai ressenti que de la tristesse  pour ces paysans abandonnés par l’un des missionnaires en qui ils avaient placé tant de confiance et de Foi.

J’ai centré ma réflexion sur le thème de l’apostasie, d’un prêtre qui plus est. Il en est d’autres tout aussi intéressants comme la rédemption des lâches. Un des personnages de ce film ne cesse de trahir, puis de se confesser et de trahir à nouveau. On pense à Judas bien sûr et à cette réflexion que l’on entend parfois :  « c’est facile d’être chrétien. Je peux faire tout le mal que je veux et recommencer après la confession »…

Voici un bref aperçu des questions soulevées par ce film. Je dois ajouter que le cadre dans lequel il se déroule est très beau.

J’évoquais les chrétiens d’Orient. Ce film a beau évoquer des événements historiques anciens, il est très actuel. Et s’il n’apporte aucune réponse, il pose des questions graves.

Le silence de Dieu? Ne s’agit-il pas plutôt de notre surdité à Sa Parole?

Bons débats à tous!

 » Silence », film de Martin Scorsese, avec Andrew Garfield, Adam Driver, Liam Neeson. Inspiré du roman éponyme de Shūsaku Endõ, 1996.

Sapajou

Publié dans A voir

Jackie

jackie-4Film réalisé par Pablo Larrain avec Nathalie Portman.

Rôle difficile pour Nathalie Portman qui ne ressemble pas du tout (sauf de dos !) à l’icône Jackie Kennedy, l’ une des femmes les plus photographiées au monde; et ce n’est pas la perruque brune, posée comme un casque,  qui arrange les choses.

jackie-3

Jackie, la vraie, avec son mari

De plus ce n’est pas la vie de Jackie mais seulement le moment très intime et dramatique entre l’atterrissage du couple à Dallas, l’assassinat de John Kennedy et l’organisation de ses funérailles.

Pablo Larrain, le réalisateur, a imaginé un entretien entre un journaliste et Jackie où elle raconte cet évènement, entretien interrompu par des flash-back en gris et noir où Jackie apparaît faisant visiter la Maison Blanche (!!),  coincée dans son rôle de Première Dame, un peu nunuche et souriant sur commande de sa dame de compagnie. On reste pantois !

Puis suit un long entretien avec un prêtre, c’est certainement le seul moment intéressant du film où Jackie semble sincère en abordant le thème de la mort.

Car malgré la musique funèbre reprise comme un let-motive du début à la fin du film, malgré les balles assassines qui explosent sur l’écran, malgré les enfants caressant le cercueil de leur père, l’émotion ne passe pas:  l’évènement est trop connu, a été trop vu par tous, à l’exception peut-être de la jeune génération.

Le tailleur rose taché de sang ne fait plus recette! Il y a des mythes qu’il ne faut pas essayer d’aménager sous peine d’échec.

jackie

Mille sabords !

Publié dans Billets d'humeur

Lorsque l’enfant paraît…

Lorsque l’enfant paraît,naissace-1 écrivait Victor Hugo, le cercle de famille applaudit… Le cercle élargi sûrement, mais les géniteurs eux-mêmes sont-ils vraiment « à la fête » ?

Elle, complètement épuisée par une fin de grossesse, un accouchement et les premières nuits à peu près blanches.

Lui, complètement perdu, dépossédé de son épouse entièrement consacrée à son enfant.

 Oui une première naissance est un véritable séisme.

Mais ne vous inquiétez pas trop, c’est un moment difficile mais pas insurmontable. Vous n’êtes ni les premiers ni les derniers. Autrefois la maternité était affaire de femmes, aujourd’hui, c’est de plus en plus une affaire de couple et c’est tant mieux.

Comment être toujours deux quand on est trois ?

Revenons dix mois en arrière.

Vous êtes de jeunes tourtereaux, vous vivez complètement l’un pour l’autre et déjà l’annonce d’une grossesse va changer la donne.

Bien sûr vous êtes très heureux, mais Monsieur , qui ne voyait dans cette future naissance que l’apothéose de tant d’amour, va vite faire l’expérience d’une épouse fatiguée, nauséeuse et qui perd à vue d’œil le joli galbe de ses hanches.

Elle, se sent de cristal, extrêmement fragile avec cette petite vie qui s’installe en elle, que Monsieur ne la touche pas trop !

Plus de cigarettes, plus d’alcool, plus de sports d’hiver, plus de sorties, elle couve  et lui… il attend des jours meilleurs.

La naissance va être un moment inoubliable d’union presque mystique, d’extase devant un tel prodige :

« la femme sur le point d’accoucher s’attriste, parce que son heure est venue, mais quand elle a enfanté, elle oublie les douleurs, dans la joie qu’un homme soit venu au monde ».

                                                                                                                                             (jn 16, 20)

mais vous allez vite revenir sur terre.

Le père, qui aura probablement assisté impuissant aux « douleurs de l’enfantement » à la maternité, peut être profondément perturbé. Sa femme qui n’a d’yeux désormais que pour son bébé, semble l’abandonner à son triste sort.

– Lui : » Il y a longtemps que tu ne m’as pas fait de tarte aux pommes. »

-Elle : » Je me débats entre les couches, les biberons et le vomi et tu me parles de tarte aux pommes !! »

Alors elle pleure, il pleure , au moment où le bébé  évidemment pleure aussi.naissance-2

Pour que votre couple reste un couple,

il faut de la patience, beaucoup de patience des deux côtés, car ce n’est facile ni pour l’un ni pour l’autre.

Mesdames, oubliez de temps en temps votre bébé, laissez le pleurer quand vous passez un moment tranquille avec votre moitié. Dites lui : « je suis bien avec toi, que le bébé pleure un peu ce n’est pas grave ».

Mettez la gomme pour rentrer au plus vite dans « les jeans d’avant » et investissez dans un blush à joues « super bonne mine ».

N’hésitez pas à confier votre bébé, même tout petit à un proche, pour dormir, vous promener, continuer à faire ce que vous aimiez faire ensemble.

Et surtout parlez ! Ne laissez pas l’incompréhension ou le ressentiment s’installer entre vous, tenez compte des critiques, excusez-vous. Un homme qui se sent dépossédé va rapidement:

ou s’éloigner et construire sa vie à côté, ou exploser pour un oui ou pour un non, ou ne rien dire et accumuler les griefs.

Dans tous les cas, ça va devenir insupportable.

Expliquez lui, mais surtout montrez lui que tout est comme avant, que votre cœur n’est pas partagé, mais agrandi.

Encouragez votre mari à prendre part à toutes les tâches avec vous, remerciez-le, même si le change est mis de travers et s’il a oublié de jeter la couche sale!!!

Cette période difficile sera vite oubliée, vous allez vite vous rôder à votre métier de parents  et en goûter les joies, surtout si vous n’avez tous deux qu’une seule idée en  tête :

                                  « Faire plaisir à l’autre tout le temps. »

Vous allez me dire que c’était bien la peine d’en écrire autant pour une fin aussi banale.

Vous aurez raison. Le secret d’un amour qui dure est tout bête sinon tout simple :

                                   « Faire plaisir à l’autre tout le temps. »

coeurs

Boit-sans-soif

 

Publié dans faits de société

Moi Caravage…

Pour celles – et ceux! – qui aiment le théâtre, la peinture et l’Italien, voici un spectacle parisien qui va vous enchanter car il réunit ces trois qualités.

lucernaireC’est au Lucernaire que Cesare Capitani interprète la pièce qu’il a écrite d’après le roman de Dominique Fernandez « La course à l’abîme ». Selon que  celle-ci est jouée en Italien ( les mardis uniquement) ou en Français, ce sont deux actrices aussi bonnes  l’une que l’autre qui donnent  la réplique à notre Caravage, puisque c’est de lui qu’il s’agit.

Nous assistons sur scène à un autoportrait éblouissant. « Moi Caravage ». Oui, nous sommes avec Caravagio, dans son atelier, avec ses fantasmes, ses passions brutales, sulfureuses, ses inspirations géniales. Nous baignons dans ce monde de commandes ecclésiastiques, de folie, de démesure, de provocation, pour bousculer cette peinture romaine consacrée jusque-là aux scènes de l’antiquité pratiquement exclusivement .

canestra-di-frutta-caravaggioL’homme en tant que tel n’est pas des plus sympathiques. Aurions-nous aimé le rencontrer?  ce n’est pas certain!  Mais si vous avez en mémoire l’un de ses premiers tableaux « Corbeille de fruits » ou « le tricheur à l’as de carreau », sans aucun doute vous  auriez  aimé entrer dans son atelier et le voir à l’œuvre.caravage C’est exactement ce que nous propose Cesare Capitani. La visite est passionnante!

On peut se procurer le texte de la pièce à la sortie, en Italien ou en Français. Et si vous êtes  comme moi, en relisant ce texte intelligent et parfois humoristique, ou en sortant du théâtre, on n’a que l’envie de filer au musée revoir ces toiles! Merci à cet auteur-acteur de transmettre si bien sa passion pour ce peintre rebelle.

Sapajou

Théâtre: Le Lucernaire, 53 rue Notre-Dame-des-Champs ( du Mardi au Samedi à 18h30, Dimanche à 16h, en Italien les Mardis). Réservation par téléphone au 01 45 44 57 34

jusqu’au 12 Mars 2017

Publié dans A voir

La la land

la-la-land-2Sous la forme d’une comédie musicale très réussie d’ailleurs grâce aux talents de la ravissante Emma Stone  et du sympathique Ryan Gosling, le réalisateur Damien Chazelle pose un vrai problème:

chacun a son rêve mais quand deux artistes veulent le réaliser ensemble, est-ce possible ?

Hélas non, car malgré les délicieuses chansons et les pas de deux, le joueur de jazz entraîné par des tournées en Amérique perdra de vue son actrice qui part tourner un film à Paris.

Chacun ira son chemin. Et ce n’est qu’à la fin du film où par un heureux hasard elle le retrouve dans le club de jazz qu’il a créé, que par un flash-back imaginaire elle se met à rêver d’une autre vie qu’elle aurait pu partager avec lui…

Bref un rêve peut en cacher un autre !

Si vous avez besoin d’une jolie histoire ces temps-ci, c’est le film qu’il vous faut.

Mille sabords !

Publié dans A voir